Se connecter S’abonner

Le nombre de défaillances d’entreprises pourrait augmenter à l’automne

Les chiffres des défaillances d’entreprises ne sont pas catastrophiques au premier trimestre 2020. En revanche, septembre et octobre risquent d’enregistrer plus de faillites, selon franceinfo.

Le cabinet d’études Altares dévoile le nombre de défaillances d’entreprises au premier trimestre 2020 et les dégâts sont limités. Les faillites sont tombées à moins de 11 000, contre 14 000 sur les trois premiers mois de 2019, rapporte franceinfo. Sur les quinze premiers jours du mois d’avril, il y a eu 650 redressements et liquidations judiciaires. Il y en avait eu 3 000 sur la même période l’an dernier.

L’activité est réduite depuis la mi-mars, avec le confinement. Les tribunaux de commerce ont fermé, le nombre de procédures s’est donc effondré la seconde partie du mois. De plus, les mesures de soutien de l’État ont joué leur rôle d’amortisseur : le cabinet Altares explique que lorsque les audiences des tribunaux ont repris début avril, par visioconférence, il n’y a pas eu d’envolée massive des défaillances d’entreprises.

Il y a plus de PME en difficulté que l’an dernier

Selon l’étude, le point inquiétant concerne le type d’entreprises touchées : sur les quinze premiers jours d’avril, 12% d’entre elles qui se sont déclarées défaillantes étaient des PME, contre 5% l’an dernier à la même période.

Le cabinet de conseil Altares s’inquiète du fait que l’activité ne va pas reprendre du jour au lendemain. Dès cet été, et à la rentrée, les dégâts se feront sentir, car les entreprises soutenues par l’État, mais dont les chiffres d’affaires seront au point mort, seront fragilisées. Elles devront recommencer à payer les salariés et à acheter les matières premières, sans argent dans les caisses.

À LIRE>>Coronavirus : vers une première vague de faillites dès la fin avril

Altares recommande la mise en place d’un « plan de convalescence » pour éviter une fin d’année compliquée. Si le gouvernement ne prolonge pas ses différents plans de soutien au tissu productif, la situation pourrait être plus préoccupante à la rentrée d’automne, concernant les défaillances d’entreprises.